Close

Derniers Posts

Qu'est ce qu'une solution d'effet équivalent ?
Accessibilité des ERP : les « solutions d’effet équivalent », un concept toujours flou
le juil. 2, 2018 | par Caroline Jude
Réglementation main courante dans les ERP
Depuis la loi du 11 février 2005 sur l’accessibilité, il est important que les escaliers situés dans les ERP...
le mai 24, 2018 | par Caroline Jude
A quoi sert une chaise d'évacuation ?
Comme la règle de l’accessibilité est aujourd’hui en figure pour les Établissements Recevant du Public (ERP), il va...
le mai 24, 2018 | par Caroline Jude

Réglementation main courante dans les ERP

Posté le: mai 24, 2018 | Auteur: Caroline Jude | Catégories: Normes et réglementations

Depuis la loi du 11 février 2005 sur l’accessibilité, il est important que les escaliers situés dans les ERP présentent des caractéristiques d’accessibilité et de sécurité. Opter pour la main courante, c’est offrir un repère continu pour les personnes malvoyantes et les non-voyants. C’est également permettre aux personnes à mobilité réduite de trouver un appui nécessaire, parfois indispensable, lors de leurs déplacements.

Les mains courantes en bois, en métal ou tout autre matériau, ont une fonction de guidage et de sécurité, notamment pour les personnes à mobilité réduite, les malvoyants, les personnes âgées ou les enfants. Il faut différencier le garde-corps (norme Afnor NF P01-012, protection contre les risques de chutes) et la main courante (barre fixée contre le mur intérieur d'un escalier ou d'une circulation pour permettre de le gravir en toute sécurité).

LA RÉGLEMENTATION

Les points clés de la réglementation pour les établissements recevant du public (ERP) en construction neuve sont :

Toute main courante doit répondre à 4 exigences :

  • être située à une hauteur comprise entre 0,80 et 1,00 m. Toutefois, lorsqu'un garde-corps tient lieu de main courante, celui-ci devra être situé, pour des motifs de sécurité, à la hauteur minimale requise pour le garde-corps ;
  • se prolonger horizontalement de la longueur d'une marche au-delà de la première et de la dernière marche de chaque volée, sans pour autant créer d'obstacle au niveau des circulations horizontales ;
  • être continue, rigide et facilement préhensible ;
  • être différenciée de la paroi qui la supporte grâce à un éclairage particulier ou à un contraste visuel.

Une main courante de chaque côté :

L'escalier, quelle que soit sa conception, doit comporter une main courante de chaque côté.

Largeur minimale :

La largeur minimale entre deux mains courantes doit être de 1,20 m. Il est recommandé que l'escalier présente à hauteur d'épaule au minimum la même largeur que les autres circulations, afin de pouvoir s'y croiser. Dans le cas d'un escalier encloisonné, la largeur de 1,20 m imposée entre deux mains courantes conduit à une largeur entre parois de 1,40 m. Dans le cas où un garde-corps tient lieu de main courante, la largeur de l'emmarchement peut être légèrement inférieure à 1,40 m, mais le passage mesuré à hauteur des épaules sera suffisant.

LES RECOMMANDATIONS

La circulaire du 30/11/2007 :

Il est important de bien mettre en œuvre le prolongement de la main courante pour la sécurité des usagers qui empruntent les circulations communes adjacentes. Il pourra être judicieux par exemple, lorsqu'un escalier non encloisonné débouche perpendiculairement à une circulation, d'aménager ce prolongement parallèlement à l'axe de cette circulation en épousant l'angle du mur.

Autre cas de figure : un escalier débouchant dans un grand volume (hall, par exemple), soit au milieu du volume, soit le long d'un mur. Du côté mur, la main courante sera prolongée de la longueur d'une marche. Du (ou des) côté(s) garde-corps, la main courante ne peut dépasser sans risque de créer un obstacle indétectable par une personne aveugle ou malvoyante. Dans ce cas, c'est le garde-corps qui devra se prolonger de la longueur d'une marche.

Lorsque c'est possible, il est souhaitable que la main courante soit également continue au droit des paliers d'étage de manière à éviter une rupture de guidage pour les personnes aveugles ou malvoyantes et une rupture d'appui pour celles ayant des difficultés à se déplacer. De plus, il est recommandé par la circulaire d'application qu'une main courante soit installée dès que la pente dépasse 4 % sur le cheminement.

Le site accessibilité-bâtiment (ministère chargé du Logement) :

L'exigence de continuité de la main courante a pour but de permettre à une personne, en particulier mal ou non-voyante, de ne pas lever la main de la main courante. On peut donc considérer qu'une main courante est continue quand elle permet à la main d'être guidée sans discontinuité. Les mains courantes constituées de plusieurs éléments distincts peuvent être considérées comme accessibles si elles ne présentent pas d'espacements trop importants qui créeraient un risque que la main se "perde".

Le guide technique Comment faire des garde-corps ? :

Il précise qu'il est recommandé d'installer une seconde main courante à hauteur intermédiaire (environ 70 cm) pour permettre l'accès des enfants et des personnes de petites tailles. De plus, cette seconde main courante doit être déportée pour laisser un passage libre de 50 mm minimum au droit des montants (dans ce cas, bien veiller avec l'architecte et les autres corps d'état que la largeur entre deux mains courantes reste bien d'au moins 1,20 m).

Commentaires (0)

Pas de commentaires

Ajouter commentaire

Vous devez vous connecter pour ajouter des commentaires.

Close